logo5

varela1

Nathalie Varela, chef d’entreprise multicarte.

varela2

Nathalie Varela


VARELA DESIGN La société de Nathalie Varela fait écho à sa personnalité : originale et détonante. La chef d’entreprise commence sa carrière à Paris dans des magasins de sanitaires avant de poser ses idées en Sologne où elle débute dans la cave de sa maison ! Depuis neuf ans, Varela Design a bien grandi. Après moult déménagements, l’entreprise, qui compte 10 salariés, s’est installée en 2015 à côté de la sortie de l’A 85, dans un bâtiment neuf doté d’un showroom. Nathalie Varela y conçoit des radiateurs d’inté- rieur design et des sèche-serviettes innovants. Elle vient aussi de créer une boutique en ligne et d’ouvrir, dans la capitale solognote (10, rue George-Sand), un atelier de production composé de machines performantes, dont une découpe laser à fi bre optique. Désormais, la chef d’entreprise propose aussi des objets de décoration en métal qui sortent de l’ordinaire : qui n’a jamais rêvé d’avoir un tigre grandeur nature ou une abeille géante dans son salon ?

en savoir plus:
4, rue des Vieilles-Vignes –
Tél. 02 54 76 85 19
varela-design.com
varela-boutique-design.com

source:Émilie Rencien loir&cher le mag

 


article paru dans le journal la nouvelle république

article paru dans le journal la nouvelle république

Un soutien financier pour Varela Design qui grandit avec Varela production

VARELA.FIDEC

« Sans le coup de main du Fidec, je n’aurais pas pu obtenir les financements bancaires indispensables à mon projet » a déclaré Nathalie Varela en recevant son chèque.

L’entreprise de Romorantin spécialiste du radiateur design monte un atelier de production dans d’anciens locaux de Matra. Une nouvelle étape !
En jargon économique, on appelle ce genre d’entreprise une « pépite » : Equip’ Design, née à Romorantin en 2002, s’est installée sur un marché de niche : les radiateurs ou accessoires chauffants de salle de bain haut de gamme, pour une clientèle résolument exigeante. Distributrice de produits rigoureusement sélectionnés dans un premier temps, sa créatrice Nathalie Varela a bientôt élargi son activité à la conception de sa propre gamme en recourant à la sous-traitance pour la fabrication.

En 2014, elle s’est installée dans un bâtiment neuf de la ZAC des Grandes Bruyères capable de recevoir ses bureaux, un espace d’exposition et un autre de stockage. Elle franchit aujourd’hui une nouvelle étape en se dotant de son propre atelier de fabrication “Varela Production”dans un ancien local des usines Matra d’une superficie de 3.400 mètres carrés. Loué au groupe Lagardère, il abrite un parc de machines de très haute technologie dont une découpe laser fibre optique capable de réaliser des formes complexes.
C’est pour faire face à l’investissement, chiffré à 450.000 €, que Nathalie Varela a sollicité une aide du Fidec. Le comité d’agrément de cet organisme lui a attribué un prêt d’honneur de 50.000 €. Le chèque lui a été remis la semaine dernière par Jean-Baptiste Anginot qui s’est réjoui de la qualité de son projet et de l’énergie avec lequel elle le porte.

Ratisser très loin

Car la dirigeante de l’entreprise fourmille d’idées. « La fabrication en interne va me permettre de réaliser 70 % de produits propres. Mais aussi et surtout, d’en développer d’autres qui ne se trouvent pas aujourd’hui sur le marché ». Elle évoque en vrac des tables chauffantes de terrasses, des escaliers ou des habillages muraux. Et compte sur son site Internet pour ratisser, très loin s’il le faut, les rares clients capables de s’offrir ce genre d’objets pas comme les autres. « Les technologies contemporaines permettent aujourd’hui de vendre à distance et de disposer d’une vitrine, notamment à destination des architectes qui sont mes meilleurs prescripteurs ».
Forte de neuf salariés aujourd’hui, la société compte recruter sept personnes supplémentaires dans l’atelier qui vient d’ouvrir ses portes à proximité immédiate du site commercial.

repères

> Créé par la chambre de commerce et d’industrie à partir des fonds provenant de la vente de la friche Franciade, le Fidec (fonds d’intervention pour le développement des entreprises en croissance) disposait à son lancement d’une enveloppe de 1,5 million d’euros.
> Onze prêts d’honneur ont été accordés à ce jour, représentant un montant total de 1,150 million d’euros.
> Les bénéficiaires des premiers prêts, consentis avec un différé d’amortissement de deux ans, ont commencé à rembourser leur dû.
> Chaque prêt accordé a permis à son bénéficiaire d’engager un investissement d’un montant en moyenne sept fois supérieur en facilitant l’accès aux financements bancaires.

source : Jean-Louis Boisonneau de la NR

 

Varela Design sur hommedeco.fr

(résumer de l article)

Des radiateurs qui se montrent

Les radiateurs font partie de ces objets indispensables mais de par leur design on essaye de les cacher ou du moins faire en sorte qu’ils n’attirent pas l’attention ! Jusqu’à maintenant la solution était “d’enfouir” le radiateur dans le sol. Depuis quelques années, les fabricants travaillent avec des designers pour transformer le radiateur en un véritable objet design et l’intégrer dans votre décoration. À cela s’ajoute la domotique qui vous permet de contrôler vos dépenses énergétiques. Vous allez adorer votre radiateur !

So design

Si dans la salle de bain cela fait déjà plusieurs années que le radiateur est devenu un objet utile et pratique au travers du sèche-serviette, désormais, il investit nos pièces de vie. De radiateur, il n’en reste que le nom, car sur la forme il a été entièrement repensé et ce, quelle que soit votre source de chauffage : gaz ou électricité. Finis les radiateurs encombrants, les ultraplats arrivent ! Autre changement, ils sont réalisés dans différents matériaux comme la pierre, l’aluminium, l’acier ou bien encore le verre et voire même façon miroir. Pour certains, ils se présentent comme des tableaux se confondant dans votre décoration. Et si l’achat d’un nouveau radiateur n’est pas à l’ordre du jour, sachez qu’il existe des peintures pour les customiser. lire la suite de l’article–>

radiateur-design-radiateur-desig. vd 4646n

radiateur design vd 4646

 

 

Faire grandir l’Homme dans la réalité économique 

Ce samedi, il fête ses 90 ans avec l’Amicale des ateliers d’apprentissage de maîtrise, qu’il a créés en 1957. L’abbé Leroux revient sur le début de l’histoire.

L'abbé Leroux en visite chez Varela Design.

L’abbé Leroux en visite chez Varela Design.

Ce n’était pas un projet préconçu… Ce sont des enchevêtrements de circonstances. Une enfance à Blois. Des études de mécanique en Vendée. Une vocation tardive et une ordination en 1951. Voilà pour « les enchevêtrements de circonstances. »

« Après mon séminaire, j’ai été nommé vicaire dans la paroisse rurale de Saint-Amand-de-Vendôme. Il y avait là une Maison familiale d’apprentissage rural : elle permettait aux enfants de cultivateurs, qui n’avaient pas les moyens d’aller en lycée agricole d’avoir une formation »,se souvient l’abbé Leroux.
Motivé pour « faire grandir l’Homme dans la réalité professionnelle et économique » – la foi, « ce n’est pas seulement de dire son chapelet et d’aller à la messe le dimanche » – le curé s’engage avec les laïques dans la formation des jeunes. Et contribue à fonder une première Maison familiale agricole à Huisseau-en-Beauce. Suivront Binas, Saint-Firmin-de-Prés, Thésée. Une fédération départementale est lancée en 1954.
Veillant à « garder les pieds sur terre » et soulignant qu’il a « toujours été près des réalités économiques, humaines et sociales », l’abbé Leroux s’est, dans un deuxième temps, penché sur les besoins en formation dans la métallurgie. Il rappelle : « Vierzon et Romorantin commençaient alors leur développement économique. Les besoins de main-d’œuvre devenaient importants dans la tôlerie, la chaudronnerie. » Il revient alors à la mécanique, ses « premières amours », « sans trop l’avoir cherché ».
Après avoir consulté les diverses chambres et autorités, il lance les Ateliers d’apprentissage et de maîtrise « dans une grange », à Villefranche-sur-Cher. On est en 1957.
« C’était une véritable initiation à la vie en entreprise, souligne l’abbé Maurice Leroux. Ce qui interpellait, c’était que l’on faisait un véritable travail avec des jeunes de 15-16 ans. On m’a un peu pris pour un fou ! »
De 1957 à 1982 (*), à Villefranche puis à Romorantin, les Ateliers ont accueilli près de 950 jeunes. Parmi eux, l’abbé Leroux se souvient d’un Paul : « Il n’arrêtait pas de faire le con. On avait dû le mettre à la porte. Quinze ans après, il était venu nous remercier. »

L’Amicale des anciens des ateliers d’apprentissage et de maîtrise de Villefranche – Romorantin tient son assemblée générale ce samedi matin au domaine de Fonjuan, à Mur-de-Sologne. On y fêtera les 90 ans de l’abbé Leroux (son anniversaire était le 26 juillet).

source: lanouvellerepublique.fr

 


Varela Design : toujours plus haut, plus fort

L’entreprise conçoit des radiateurs design. Elle s’est installée dans la zone des Grandes-Bruyères, à côté du restaurant Courtepaille à Romorantin.

vareladesign

La pétillante Nathalie Varela à Romorantin, entourée de ses jeunes recrues

« Avant, il y avait Matra. Maintenant, il y a Varela ! » Impossible de rester insensible au style Varela. Nathalie Varela est une femme de caractère, chef d’entreprise autodidacte et dynamique, hyperactive sur les réseaux sociaux et impliquée dans le GEAR (Groupement d’entreprises de Romorantin), qui sait ce qu’elle veut. Après une vie professionnelle en région parisienne, elle a débuté dans la cave de sa maison avant de trouver un local dans la ZAC des Grandes-Bruyères à Romorantin. Cette année, avec son équipe constituée de dix personnes, elle a déménagé de l’autre côté du rond-point de l’A85 dans un bâtiment plus grand et surtout doté d’un showroom de 300 m². C’est le seul qui existe aujourd’hui en France et c’est en Sologne qu’il est installé ! L’espace permet au public de découvrir la créativité dont est capable l’entreprise. « Pour moi, l’innovation ne peut se concevoir sans le design. Le design, c’est la création, c’est tout ce qu’on voit. » D’autres projets en cours: une Cité des arts appliqués Chez Varela Design, si le design compte, la communication aussi. « Je réseaute, je tweete… Cela représente 40% de mon temps et je communique au bout du monde, sans sortir dehors. Aujourd’hui, communiquer est important. Si vous me voyez belle comme une mariée, vous m’aimerez forcément ! » Autre cheval de Bataille de Varela Design : le lien école-entreprise. « Les jeunes, c’est l’avenir. Ils sont différents de nous mais intéressants. Je veux leur donner l’envie d’aller plus loin dans ce qu’ils font.» Loin de s’arrêter là, l’entreprise romorantinaise a dans ses cartons d’autres projets, notamment l’idée de créer une Cité des arts appliqués, vitrine prestigieuse et stratégique pour les métiers et entreprises en région Centre. Une affaire à suivre.

Des louanges et des salamandres

Les locaux de Varela Design ont été inaugurés le 8 septembre en présence d’élus, de journalistes et d’invités. Parmi eux, Marie-Madeleine Mialot, vice-présidente de la Région Centre Val-de-Loire qui a complimenté et vanté les mérites de Nathalie Varela, « une femme qui fait bouger les choses », tout en annonçant sa retraite politique pour la fin de l’année. L’abbé Maurice Leroux était également présent. « Il faut être fier de ce que nous fabriquons. » En émettant un vœu. « Je souhaite que votre radiateur salamandre soit placé dans une instance départementale et qu’une autre salamandre, qui a été sculptée dans un chantier d’insertion, soit placée dans votre hall d’exposition !» É.R

source: Émilie RENCIEN le ptit solognot pdf

 

Le show (room) de Nathalie Varela

L’entreprise Varela Design a inauguré ses nouveaux locaux et organisé des portes ouvertes le 8 septembre

nathalie varela

Nathalie Varela le 8 septembre lors de l’inauguration officielle, avec Romain, l’un de ses salariés

Nathalie Varela fait partie de ces chefs d’entreprise qui savent déplacer des montagnes. Qui ont «  la niaque », comme elle pourrait le dire elle-même. Car cette femme affiche un tempérament de feu et un style inimitable (Lire la Renaissance du 4 septembre dernier). Son dynamisme et sa détermination sont sans faille. Elle y a cru, elle l’a dit et elle l’a fait : son activité a débuté dans la cave de sa maison et aujourd’hui, ses radiateurs design s’exposent à Romorantin, dans la ZAC des Grandes-Bruyères, à la sortie de l’A85, dans  un showroom de 300 m², le seul et unique qui existe actuellement en France. « Nous avons déjà reçu de nombreux parisiens. Ils viennent ici car il n’existe pas d’autre lieu, » s’est enthousiasmée l’intéressée. «

radiateur design

La «  patte  » Varela Design  : design et originalité.

« La Sologne, la région Centre, ce n’est pas que la chasse, la pêche et la nature. » L’audace et l’ambition d’entreprendre Varela Design, c’est en résumé l’histoire d’un petit projet qui est devenu grand. Avec ce hall d’exposition inédit et les visiteurs venus de tous horizons qui devraient s’y déplacer, Nathalie Varela ose la comparaison, amusée : « un deuxième (zoo de) Beauval ? » Certes, il n’y a pas de  pandas mais un parallèle peut être établi avec la famille Delord. La force de Nathalie Varela est de toujours dépasser ses limites, de fourmiller de projets et surtout d’innover (ici, par le design donc) tout en créant le buzz. Sans oublier un savoir-faire et une expérience qu’elle souhaite généreusement partager avec la jeunesse. « Nous allons ouvrir un petit atelier de métallerie-tôlerie pour les jeunes avant la fin de l’année, » annonce-t-elle d’ailleurs puis ajoute avec le naturel qu’on lui connaît. « Donnez, ne soyez pas des crevards, on n’emporte rien avec soi ! Les jeunes, c’est l’avenir. Ils m’enrichissent et inversement. » Cette chef d’entreprise ambitieuse et audacieuse est finalement la preuve vivante que quand « on veut, on peut ». Que « si haute soit la montagne, on y trouve un sentier ». Un exemple à suivre, indéniablement.
source: Emilie RENCIEN  www.larenaissanceduloiretcher.fr

Quelques photos de ce qui a marqué l’événement  ENCORE UN GROS  MERCI aux personnes qui ont répondu présents  à notre invitation, c’est un honneur pour une  entreprise qui s’installe de  lui prêter  cette  attention, qui délivre le message  ” nous sommes fières que vous soyez parmi nous, dans notre territoire et donc dans notre économie”

 


varela design équipe en radiateurs design la boutique Abou d’Abi Bazar dans le Marais

la boutique Abou d’Abi Bazar dans le Marais s’est équipé de radiateurs design VD 4601 de chez Varela design

vd_4601_2_varela_design_radiateurs[1024x768]

Le radiateur design VD 4601 – varela design

 

Article sur la boutique Abou d’Abi Bazar parue dans fashionmag.com le 4 septembre 2015

 

 renaissance

Varela Design : c’est chaud bouillant !

Le leader national de la fabrication et de la distribution de radiateurs design inaugurera en septembre le seul showroom de radiateurs design en France, et ça se passera à Romorantin-Lanthenay. Derrière ces radiateurs il y a une femme : Nathalie Varela. Rencontre.

 

NNathalie Varela est arrivée sur Romorantin il y a une dizaine d’années environ. À force de travail et d’acharnement, elle a fait sa place dans un monde plutôt masculin. Son côté androgyne et son exubérance dérangent, elle en est consciente, mais cela n’ôte aucune de ses qualités et si vous grattez un peu sous la carapace, vous découvrirez une femme à la forte personnalité, aux nombreux talents, à l’imagination débordante et en perpétuel bouillonnement. Elle nous a reçus, dans ses locaux nouvellement construits dans la Zac des Grandes Bruyères à Romorantin, à côté du restaurant au toit de chaume. Des locaux flambant neuf où sa petite dizaine de salariés a pris ses aises depuis quelques mois et où elle finalise la création d’un showroom, «  le seul showroom de radiateurs design en France » précise avec fierté cette femme qui a commencé, comme beaucoup, tout en bas de l’échelle.

Une Cité des arts appliqués

Vous la trouvez exubérante ? Bavarde ? En fait c’est surtout une passionnée qui a du mal à canaliser son énergie et son cerveau en perpétuel bouillonnement : « J’ai un sang espagnol » précise t-elle, un peu comme une excuse. À chaque objet elle invente une histoire, à travers chacun d’eux elle voit la vie, l’amour… Nathalie Varela est aujourd’hui une chef d’entreprise en vue – elle s’est vu récemment remettre le Prix de l’entrepreneuriat au féminin – et reconnue par ses pairs, mais pour en arriver là, il lui a fallu beaucoup de travail. Un exemple de réussite qu’elle souhaite aujourd’hui transmettre aux jeunes à travers son projet de Cité des arts appliqués qu’elle espère développer sur Romorantin.

« Juste mon permis de conduire »

Varela Design : c’est chaud bouillant

Nathalie Varela : derrière ce nom se cache une femme au caractère bien trempé.

Aujourd’hui à la tête d’une équipe de neuf salariés spécialisés dans la conception et la commercialisation de radiateurs et sèche-serviettes design, Nathalie Varela n’a pourtant aucun diplôme : « Juste mon permis de conduire ! Les études ça s’est mal passé, mais j’ai eu de la chance d’avoir des parents trop de la balle ». Et oui elle parle comme ça, comprenez que ça puisse dénoter voire déranger dans certaines réunions ou certains « pince-fesses ». Mais quand elle parle c’est du fond du cœur ; quand elle agit aussi d’ailleurs et c’est certainement cela son secret. « J’ai été élevée avec beaucoup d’amour, de partage, de générosité, on était souvent 23 à tables ». « Papa était maçon, hyper courageux, tous les deux m’ont appris à travailler ». Un CAP comptabilité, ou presque, en poche, « ça m’a donné une méthodologie de travail », elle décroche un premier emploi de vendeuse à Rungis. « Mon père m’a appris à tout faire, il m’a dit : tu regardes ton patron et tu fais comme lui ; mieux que lui, tu prendras sa place ». Déterminée à réussir, Nathalie décroche un poste de conseiller en vente de sanitaire chez Porcher. « J’ai eu la chance de me faire remarquer dans mes premiers jobs. Je suis tombée avec des gens qui créaient des boîtes et qui voulaient m’emmener avec eux. J’ai vendu des baignoires paillettes, les premiers radiateurs design venus d’Angleterre ». Après 20 ans passés à chercher les produits pour les autres elle crée sa propre agence, l’agence Varela Design. « En 1985, j’étais déjà sur Internet. Je pense être la première à avoir rentré du radiateur design en France ».

« Des murs il en faut ! »

Après une première partie de vie en région parisienne, elle arrive en Sologne en 2005, « J’avais rencontré mon mari à Châtres-sur-Cher », un retour aux sources en quelque sorte. Là elle repart de zéro, ou plutôt de plus loin, en commençant dans la cave de sa maison. « C’était dur mais tant mieux ! Des murs il en faut. On est plus fort. » En 2007 elle lance la fabrication de sa propre gamme de radiateurs, démarche les entreprises locales pour la fabrication. « On a eu la chance d’arriver au village des créateurs ». Depuis, sa société ne cesse de gagner des parts de marché, + 24 % l’an dernier. Elle dispose d’un bureau d’étude à demeure et d’un catalogue fourni proposant des modèles tous plus originaux les uns que les autres. Tellement originaux qu’une visite du site Internet ou du showroom s’impose tant les mots manquent pour décrire ces bijoux.

Un hall d’expo pour le grand public

Nathalie a su faire sa place auprès des donneurs d’ordres et autres architectes, 95 % de sa clientèle, mais elle souhaiterait toucher un plus large public, d’où l’idée de créer ce hall d’exposition permanente qui présentera dans un premier temps 63 modèles. Elle travaille également beaucoup sur la communication, les réseaux et réseaux sociaux semblent ne plus avoir de secrets pour elle. Comme elle dispose d’une énergie plus que débordante, elle n’hésite pas à se mettre au service des autres. Membre du Gear (Groupement des employeurs de l’arrondissement de Romorantin), elle est aussi à l’origine de Romorantin Entreprise, un réseau d’entreprises virtuel, «  parce que je trouve qu’on ne parle pas assez de Romorantin ».

«Je veux donner une vraie chance à des jeunes dans un monde où tout est ficelé.»

« Je veux aider la jeunesse »

Mais son enthousiasme ne s’arrête pas là et, depuis de longues années déjà, elle rêve de créer une Cité des arts appliqués. «  Je veux donner avant de mourir, ne pas partir sans avoir donné ». Un lieu où jeunes créateurs et employeurs pourraient se rencontrer, partager, échanger. « Je veux aider la jeunesse, elle manque de confiance, elle a juste besoin d’un vieux pour l’aider. Tout ce que je fais aujourd’hui c’est pour ma cité des arts ». Un lieu où elle imagine un espace dédié à l’événementiel ouvert à toutes les entreprises, des expositions permanentes et temporaires, un lieu ludique. « Je veux donner une vraie chance à des jeunes dans un monde où tout est ficelé. j’ai l’impression que je vais manquer de temps, c’est peut-être pour ça que je suis speed. On ne peut pas être sur terre pour rien, je me sens obligée de les aider ».

source: Laurence RICHER  la renaissance du loir et cher

La journée portes ouvertes réservée aux professionnels aura lieu le vendredi 11 septembre de 10 h à 19 h. Le showroom sera ouvert au public le samedi 12 septembre de 10 h à 18 h. Plus d’infos sur varela-design.com. Tél. 02.54.76.85.19. plus d info

 

Varela se développe
pour partager et fédérer

L’entreprise commercialise des radiateurs design. L’ouverture de nouveaux locaux sur la zone des Grandes Bruyères se veut un outil de communication et d’ouverture vers l’industrie locale.

radiateur design« Moi, je serais heureuse que Romo soit une ville connue à l’autre bout du monde. » La phrase a de quoi surprendre, mais après un long entretien avec la directrice générale on comprend mieux ce qui anime cette chef d’entreprise dynamique, débordante d’idées et de vitalité. Elle qui a commencé à imaginer des radiateurs aux formes révolutionnaires dans son sous-sol, n’a pas sa langue dans sa poche et elle a surmonté toutes les embûches qui compliquent la vie de ceux qui entreprennent : « mon père était Espagnol, il m’a dit : j’ai pu construire une maison sans savoir lire le L’entreprise commercialise des radiateurs design. L’ouverture de nouveaux locaux sur la zone des Grandes Bruyères se veut un outil de communication et d’ouverture vers l’industrie locale. français, toi tu sais lire tu dois en construire deux. » Des formules – pour démontrer qu’armé d’une volonté hors du commun on peut renverser des montagnes et se relever des mauvais coups – la patronne de Varela Design en regorge. Installée sur la zone des Grandes Bruyères depuis 2004-2005, Varela vient d’emménager dans de nouveaux locaux flambant neufs. Grande nouveauté dans cette nouvelle structure, la présence d’une salle d’exposition de 300 m². Showroom destiné à présenter la gamme de radiateurs aux designs variés, mais pas seulement : « je veux mettre cette espace à disposition de tous ceux qui veulent promouvoir leur savoir-faire, il faut mélanger les genres.radiateur design2

Organiser des évènementiels,
multiplier les expositions : l’objectif est de fédérer tous les métiers liés aux arts appliqués. Je veux partager et aider les autres à se faire connaître. »
Pour Nathalie Varela qui a créé l’association des arts appliqués, l’ouverture de sa nouvelle structure n’est qu’une étape : « j’ai dans l’idée de faire de Romorantin une sorte de capitale dans le domaine en y installant une cité des arts appliqués. Le dossier est prêt, mais je sais que les obstacles sont encore nombreux », concède cette passionnée, prête à relever ce nouveau défi.

Sous-traitance locale
Varela Design qui travaille en grande majorité avec des architectes conçoit des radiateurs aux designs improbables, mais ne possède pas d’unité de fabrication. « Ce sont les entreprises locales qui sont mises à contribution » précise la chef d’entreprise. « Je fais en sorte de tout faire fabriquer sur place, jusqu’au carton d’emballage et le rouleau de scotch. »

equipe

Dix employés
Une dizaine de personnes sont employées chez Varela Design. Commerciaux, comptables, informaticiens, « je travaille essentiellement à distance » dit la patronne, s’affairent pour que Varela continue à occuper le poste de leader sur le marché français. Aéroports de Paris, hôtels K2, GDF-Suez, etc. sont équipés de radiateurs imaginés à Romorantin.

Multi-investissements
En plus de son statut de chef d’entreprise accompagné du souci d’entraîner d’autres artisans et PME dans son sillage, Nathalie Varela est impliquée dans divers organismes. CGPME, GEAR, CAPEB, CLEE, Romorantin Entreprises, autant de collaborations qui rendent la vie de la romorantinaise d’adoption trépidante.

source Romo Dialogues – Juin 2015 – Numéro 58 pdf (page 20): http://www.romorantin.com/

ouverture le 13 septembre 

 

Varela Design : un prix et des idées

 

varela design - Nathalie Varela

varela design – Nathalie Varela

Varela Design article le petit solognot N ° 617 • 8 Juillet 2015

Nathalie Varela fait partie de ces femmes chefs d’entreprise, ou plutôt de ces chefs d’entreprise tout court, qui osent et vont de l’avant.
Pour celles et ceux qui ne le savent pas, l’entreprise Varela Design, spécialisée dans la fabrication de radiateurs électriques design et esthétiques, a changé cette année de locaux. Elle a traversé le rond-point de la ZAC des grandes Bruyères, à proximité de l’A85, pour s’installer dans un bâtiment tout neuf doté d’un showroom, à côté du restaurant-grill Courte-paille. L’inauguration du site aura lieu à la rentrée mais la vraie nouvelle n’est pas là. L’information, c’est le fait que Nathalie Varela a figuré en mai parmi les lauréates de la première édition du concours régional de entrepreneuriat au féminin (1) et a obtenu un troisième prix dans la catégorie « EntrepreneurE au parcours remarquable » (2). Certes, pas une première place mais tout de même une belle reconnaissance pour celle qui a débuté son activité dans la cave de sa maison en Sologne il y a neuf ans, après avoir une vie passée en région parisienne. «Cela fait partie des choses qui donnent du courage à continuer, » confie-t-elle d’ailleurs.
«Il ne faut jamais rien lâcher, on obtient toujours tout de cette façon. » Continue reading →